Divers ·

L’IP BOX* pour les HAPPY FEW

Une réforme fiscale de 2019 est un peu passée inaperçue des experts-comptables et des PME. Il s’agit de la modification du régime de taxation (favorable) des revenus de la propriété intellectuelle

L'IP Box pour les happy few

Une réforme fiscale de 2019 est un peu passée inaperçue des experts-comptables et des PME. Il s’agit de la modification du régime de taxation (favorable) des revenus de la propriété intellectuelle.

Jusqu’en 2019, il existait un régime de faveur pour la taxation des revenus de brevets et autres revenus de la propriété intellectuelle. Pour les sociétés ces revenus étaient taxés au taux de 15 % au lieu du taux normal (28 % en général pour les PME). Mais nous sommes d’accord, cela concernait peu de PME.

L’article 238 du CGI précise désormais que :

  • d’une part, les revenus de logiciels créés par l’entreprise sont clairement éligibles au dispositif,
  • d’autre part, la base de calcul de cet impôt à taux réduit est claire : il s’agit des revenus issus des logiciels originaux protégés par le droit d’auteur.
  • enfin le taux est réduit à 10 % de ces revenus.

La réforme est issue d’un alignement international de la fiscalité française sur le sujet. Le but est bien évidement d’attirer en France les entreprises créatrices de logiciels ou de brevets. Ou d’éviter au moins qu’elles ne partent à l’étranger… Pour ce faire, est introduite la notion de « Nexus » qui réserve ce régime à la quote-part des revenus issus de l’entreprise et d’une recherche localisée en France.

En conséquence, les sociétés qui produisent en France des logiciels, pour les louer sous forme de redevance à leurs clients, disposent désormais d’un régime de faveur extrêmement intéressant.

Bien évidemment, qui dit avantages dit contraintes (surtout pour le fisc français …). Il est donc nécessaire de documenter de façon extrêmement précise l’ensemble du dossier afin de démontrer :

  • Que l’entreprise est bien celle qui a créé le logiciel. Si elle l’a acheté, cela ne fonctionne pas aussi bien…
  • Qu’elle l’a créé en France (et pas en Inde ou à Londres…).
  • Que la partie de ses revenus correspondant à des licences d’utilisation dudit logiciel est bien identifiée. Et pas noyée dans un package global, matériel, maintenance, redevance…

Vous l’aurez compris, le contentieux fiscal va être abondant sur cette affaire !

Si cela vous tente, je ne saurais trop vous rapprocher de votre conseil spécialisé habituel qui se fera un plaisir de traiter l’IPBOX en plus de votre CIR (Crédit Impôt Recherche) annuel. En revanche, négociez bien les honoraires, en général cela pique un peu !

Philippe Lechat

*IPBOX : Intellectual Property Box


Merci pour la lecture, si vous avez aimé cet article partgez le s'il vous plaît Partager sur Twitter .